Sophie Rosier

Caniconsultante
Etude, conseil et médiation des cohabitations Homme/Chien

Comprendre son chien

Nous avons tendance à prêter aux chiens des pensées, des intentions, des motivations et des émotions qui ne sont pas les leurs . Ce qui est la plus importante source de malentendus entre eux et nous!

Ces erreurs d’interprétation conduisent parfois à déclencher des conduites agressives chez des chiens normalement perçus comme calmes et dociles par leur entourage.

Ainsi, il faut se rendre à l’évidence que nombre d’interactions reposent sur…une incompréhension mutuelle!

Exemple fréquent :

« mon chien se sent coupable lorsqu’il a commis une bêtise »…

Qui n’a pas déjà vécu cette situation? Vous rentrez du travail, et vous trouvez votre appartement sans dessus dessous, les coussins déchiquetés, les poubelles éventrées… Votre chien, curieusement, s’avance vers vous craintivement, la queue entre les pattes, la tête basse…

Du point de vue humain, il est très facile d’interpréter cette attitude comme de la culpabilité!

La culpabilité, selon Konrad Lorenz, est l’expression du sentiment d’avoir violé une règle et la crainte de la sanction qui lui est associée.

Du point de vue du chien, cette notion de règle à respecter et qui a été violée ne peut pas exister car c’est tout simplement physiologiquement impossible !

La notion de bien et de mal est un concept culturel typiquement humain!

Ainsi, si l’on reprend notre exemple, le chien a associé le retour de son maître à la punition mais pas à la mise à sac de l’appartement! Le lien entre la punition et l’acte n’est pas fait et ne peut pas l’être.

D’un point de vue « comportemental », l’attitude « coupable » du chien (oreilles plaquées, tête détournée, regard baissé…) est très proche d’une attitude de soumission.

Votre chien adopte une posture de soumission lorsque vous arrivez car il lit votre mécontentement sur votre visage, et il anticipe la punition.

En le punissant, vous ne lui apprenez pas à respecter une règle mais à se méfier de vous!